Contactez nous: 07.69.50.55.71 - info@natural-performance.fr                                                                                                                                                                                                                                            Espace Professionnel


 

Le vrai du faux sur le "fer"

Si il y a bien un Oligo éléments qui est délaissé ces dernières années c'est le fer, si bien qu'il est temps pour nous de faire un rapide état des lieux sur cet élément indispensable à la vie du cheval.

Le fer est un oligo-élément essentiel pour le bon fonctionnement de l’organisme (entre autres pour les globules rouges et le transport de l’oxygène). En excès, il devient pro-inflammatoire, pro-infectieux et pro-oxydant, se stocke dans le foie et est responsable de nombreuses pathologies. Il n'est pas toujours en quantité suffisante dans les fourrages (même lorsque celui-ci est en dessous des moyennes) les excès ne sont que très rares puisque la forme non héminique des fourrages (fe+++) n'offre qu'une assimilation très partiel par l'organisme de votre cheval.

Adobestock 220632879

Rôle du fer pour la plante

Avant de s'intéresser au rôle du fer dans l'organisme du cheval, il est important de comprendre, le rôle de cet oligo éléments pour la plante.
Le fer joue un rôle important dans la formation de chlorophyle et favorise la respiration de la plante, c'est un oligoément vital pour cette dernière. L'assimilation du fer se trouve bloquée en terrain calcaire.

Les excès de calcium, de phosphore et de cuivre  sont également des facteurs bloquants, de même que l'humidité et le froid.

Dans le cadre de nos recherches sur le thème du fer dans l'alimentation des chevaux, nous avons comparé de nombreux articles provenant de différents pays, avec les articles scientifiques et thèse vétérinaire. Ces dernières convergent toutes vers le même constat. Le fer est un OLigo éléments indispensables au cheval, et bon nombre de chevaux sont en carences.

Rôle du fer dans l'organisme

Le fer est un oligo-élément important pour la formation de l'hémoglobine (pigment rouge du sang -> transport de l'oxygène vers les cellules) et de la myoglobine (fibre musculaire rouge -> transport de l'oxygène vers les cellules musculaires -> respiration cellulaire / production d'énergie). Certaines enzymes ont besoins du fer pour leurs formations.

Le fer est présent dans les aliments sous forme de Fe++ (fer héminique) et Fe+++ (fer non héminique), 

On distingue le fer lié aux protéines animales (fer héminique) et le fer provenant des aliments végétaux (fer non héminique). Le fer héminique est toujours présent sous forme bivalente (Fe++) et peut être absorbé dans son ensemble. Le taux d'absorption se situe entre 10 et 25 %.

Le fer non héminique, c'est-à-dire le fer végétal est principalement trivalent (Fe+++) et insoluble, ce qui signifie qu'il ne peut pas être absorbé seul. Son taux d'absorption est nettement plus faible avec seulement 3 à 8 %. Le taux d'absorption des aliments ou des nutriments consommés avec le fer a une influence déterminante.

Comme le fer non héminique ne peut être absorbé seul, voici un petit listing de toutes les substances améliorant son absorption par l'organisme de votre cheval:

  - Acide ascorbique / Vitamine C
  - Acide citrique
  - Acides aminés contenant du soufre (cystéine)
  - Fructose
  - (Protéines issues de poisson)

Substances limitant son absorption par l'organisme de votre cheval:

 - Phytates (dans les légumineuses, les céréales et les oléagineux)
 - Son de blé
 - Soja et protéines du lait (caséine)
 - Sels de calcium
 - Phosphates (dans certains additifs alimentaires)
 - Oxalates ( le poivre noir, les graines de pavot, les betteraves, les myrtilles, la plupart des noix....)
 - Fibres (légère diminution)

Les fourrages sont tous constitués de fer non héminique (fe +++), mais également de fibre digestible ou non digestible, cette forme naturel des fourrages limite naturellement l'assimilation de cet oligo élément par l'organisme.

Dans le corps du cheval on trouve environ 70 mg de fer par kg de poids corporel. Cela signifie qu'un cheval (500 kg) comporte environ 33 g de fer. 66% se trouvent dans l'hémoglobine, 20% en myoglobine, 20% dans la transferrine (forme de transport), la ferritine et l'hémosidérine (forme de stockage). 0,2% se trouve dans les enzymes.

Besoin quotidien du cheval en fer assimilé

Les besoins quotidiens d'un cheval adulte de 500 kg en fer au repos sont de 425 mg de fer "assimilé" et s'éleveront à 1020 mg pour un cheval travaillant de façon modéré à intense.

Il est parfois intéressant de comparer le cheval qui est à un mammifère, à l'humain qui  lui aussi est un autre mammifère. En effet les personnes Végétaliennes ayant une alimentation exclussivement d'origine végétale sont prédisposé à une carence en fer accrue comme le souligne l'agence de santé Allemande

L'absorption du fer dans l'organisme est un processus actif via la muqueuse intestinale. Le fer qui a été absorbé (on parle de fer assimilé par l'organisme vous savez les seulement 5 à 8%), mais dont l'organisme n'a pas directement besoin est stocké sous forme liée dans le foie, la rate et la moelle osseuse. Divers nutriments (par exemple le calcium) inhibent sa biodisponibilité, tandis que d'autres l'augmentent (par exemple la vitamine C, la vitamine A). Le corps ne peut éliminer du fer que de manière limitée.

L'excès de fer chez le cheval n'a à se jour jamais était mis en évidence, toutes les études publiées sur le sujet ne sont que très partielles et incrimine le fer sans faire l'état des lieux de la complémentation globale de l'organisme en Oligo éléments, vitamines, minéraux qui peuvent être des facteurs limitant l'assimilation...... 

En effet l'excès de fer est plutôt bien toléré par le cheval et ce due à la forme non héminique présente de son alimentation. Nous l'avons vue plus haut le fer non héminique possède une assimilation par l'organisme de seulement 5 à 8% par l'organisme. Le fer non assimilé et directement éliminé comme un simple déchet. 

Le seuil de toxcitié du fer chez le cheval n'interviendrait qu'à hauteur de 1 000 mg / kg de matière sèche, soit 10 000 mg pour un cheval consommant 10 kilos de matières sèches soit un peu plus de 12 kilos de foin par jour.

Les fourrages moyens produit en france contiennent en moyenne entre 100 mg et 500mg par kilo de matière sèche, l'intoxication au fer et donc impossible. Cependant au vue de la faible assimilation du fer non héminique contenu dans les fourrages, un calcul s'impose:
Prenons un fourrage constitué avec une valeur de fer (300 mg/kg 70 échantillons de foins prévelé durant ces douze derniers mois), multiplions le par la quantité ingérée par jour (10kg de matière sèche) nous obtenonons la somme de 3000mg de fer non héminique ingéré. Divisons cette valeurs par le taux d'absorption moyen de 8% = 240 mg de fer assimilé.

Conclusion, pour couvrir les besoins d'entretiens journaliers d'un cheval se nourissant exclusivement de ce fourrage, il serait nécessaire que ce dernier consomme un fourrage avec une teneur de plus de 700mg de fer / kg pour couvrir les besoins journaliers en fer de ce dernié.

Cependant si cette valeur s'applique sur des fourrages verts sur pieds contennant de la vitamine A (Amélioration de l'assimilation du fer par l'organisme), les besoins ne seront pas couverts en période hivernale lorsque l'alimentation du cheval est exclussivmeent constitué de fourrage sec ne contennant plus aucune vitamine A, E.... Les besoins de l'organisme augmenteront alors!

Nos propos ne sont pas pro ou anti fer mais bien là dans le but d'attiré votre attention sur le fait que l'excès de fer chez le cheval est bien toléré du à la forme de cette dernière, ce qui traduit d'ailleurs l'énorme tolérance que possède le cheval en matière d'excès de fer. 80% des chevaux que nous suivons en consultations sont carencés en vitamine A avec des rations contenant un déséquilibre important en calcium/phosphore. Comme nous avons pu le voir l'excès de calcium limite l'assimilation du fer tandis que la vitamine A l'augmente.

L'alimentation moderne prédispose le cheval à une carence en Fer, en effet les fourrages secs sont exempts de Pro vitamine A (Béta Carotens), vitamine A, E, d'Oméga 3, prédisposant alors le cheval à une carence général de l'organisme, tous en augmentant le risque d'anémie.

Besoins, apports recommandés et seuil de toxicité concernant les oligoéléments

(en mg par kg de matière sèche = ppm)

 

 

Oligoéléments

Besoins

Seuil de toxicité

Fer

40

1000

Cuivre

25

800

Zinc

75

500 - 1000

Manganèse

50

1000

Cobalt

0,15

10

 

Sélénium

0,2

>3

Iode

0,2

>5

Carence en fer

Le fer possède des vertus anti-anémique puissante. Comme nous avons pu le voir par des simples calculs de maths, la carence est nettement plus à craindre que les excès, l'assimilation de ce dernier étant synthéthisé en grande partie grâce au cuivre qui est un oligo élément lui aussi fortement carencé dans nos fourrages comme le zinc et le sélénium. 
Le cuivre permet l'assimilation du fer et agit sur la production des globules rouges et la synthèse des protéines. Ce dernié joue un rôle de constituant dans de nombreux enzymes. Il est aussi impliqué au niveau du métabolisme du fer, principalement dans la synthèse de l’hémoglobine. Finalement, le cuivre joue un rôle dans les défenses contre les radicaux libres et le métabolisme de l’énergie et participe à la production de collagène.

Caractéristiques du cuivre :
 - Oligo-élément essentiel aux organismes vivants
 - Intervient dans de très nombreux métabolismes comme cofacteur d'enzymes
 - Puissant antioxydant
 - La carence en cuivre peut être très dangereuse pour l'organisme

L'utilisation du fer par l'organisme augmentera dans les rations carencées et diminuera avec l'apport plus élevé que la normale de cadmium, de cobalt, de cuivre, de manganèse et de zinc. 

Ce qui signie qu'un cheval vivant au pré sans complémentation aura des besoins plus important en fer, en raison de la moins bonne synthéthisation de ce dernié, de la carence en oligo éléments de tous les fourrages, mais également de la carence en vitamine A et E des fourrages secs, et d'un équilibre d'apport en calcium et phosphore pas toujours adapté.  

A l'inverse un cheval ayant une ration faible en fer mais complémenté correctement en cuivre, zinc, cobalt et Manganèse, aura des besoins en fer moins importants.

Teneur en Oligo éléments des fourrages

La carence en fer du à sa forme non héminique existe et plus généralement la carence de l'ensemble des Oligo éléments, puisque la teneur moyenne des fourrages secs en cuivre est de 7mg de CU/ kg de matière sèche (voir lien tableau excel sur analyse des différents types de fourrages et espèce pure). Le plasma sanguin du cheval est composé de 196mg/l de Cuivre, ce qui signifie qu'un équidé, mangeant 10 kg de fourrage sec dosé à 7mg de cuivre ne consommera que 70mg/jour de cuivre sur les 196, qui sont nécessaires.

Cette carence de 2 fois et demi la dose recommandé aura un impact réel et important sur l'assimilation du fer, et l'ensemble des échanges entre les oligo éléments dans l'organisme. Il est donc important de ne pas se focaliser sur l'excès de fer, qui n'est finalement pas la vrai source du problème, mais sur l'équilibre alimentaire global de notre ration puisque comme nous avons pu le voir plus haut

"un cheval recevant une ration faible en fer mais complémenté correctement Oligo éléments aura des besoins en fer moins importants."

Carence en fer et anémie:

La carence en fer est bien plus préjudiciable que l'excès, et est notamment responsable de carence en vitamine A par exemple même lorsque l'alimentation complémentaire de fourrage couvre les besoins journaliers du cheval, de plus en plus de poulain sont anémiés et prédisposer au retard de croissance, ce constat est le même chez les chevaux adultes !

Une carence en fer est responsable des troubles suivants:

- Déficit de croissance,
- Inappétence
- Anémie
- Fatigabilité
- Sensibilité aux infections

Si l'on dresse un état des lieux, de plus en plus de chevaux sont touchées par la piroplasmose, leptospirose, lyme. Les poulains finissent leurs croissances entre 7 et 8 ans, de plus en plus de chevaux sont également fragile à l'effort (myosite, pssm....).

Tous ces constants ne font qu'un avec la carence en fer que rencontrent beaucoup de nos chevaux et en particulier les chevaux recevant aucune complémentation autre que les fourrages.

Conclusion

L'excès de Fer est ce que l'on pourrait appelé "la maladie du siècle" plutôt que d'avoir une focalisation sur le fer, il est important de se concentrer sur la carence globale en oligo éléments de nos sols et d'avoir une complémentation adapté et permanente à cette dernière. Le fer est un constituant anti-anémique important dans l'organisme, vitale au cheval. La forte teneur de nos fourrages en fer non héminique (forme trivalent) et normal puisque nécessaire à la photosynthèse de la plante.

Un cheval alimenté exclussivement en fourrage secs, sera prédisposé aux carences du à l'assimilation limité de la forme végétale du fer.

  • Nom du fichier : Valeurs nutritionnels des fourrages
  • Taille : 592.55 Ko
Télécharger
  • Nom du fichier : SÉLÉNIUM ET ANTIOXYDANTS CHEZ LE CHEVAL
  • Taille : 1.18 Mo
Télécharger

fer fe2+ fe3+

  • Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Vous devez être connecté pour poster un commentaire