Contactez nous: 07.69.50.55.71 - info@natural-performance.fr                                                                                                                                                                                                                                            Espace Professionnel


 

Symptômes

La Rhinopneumonie s'apparante à la grippe mais en moins virulant. Les chevaux présentent de l’hyperthermie, du jetage (morve), une toux sèche, éventuellement un larmoiement. 

La durée est généralement caractéristé par une rémancence variable de 1 à 2 semaines. Cette pathologie est peu mortel, par contre comme l’immunité est diminuée, et le cheval est beaucoup plus sujet aux infections bactérienne qui peuvent augmenté la pathologie .

La forme respiratoire

Cette forme respiratoire, appelée rhinopneumonie, est principalement due à HVE-4, mais aussi à HVE-1.

La maladie est d’allure grippale, mais avec des signes cliniques souvent plus modérés (fièvre légère, toux, écoulement nasal) pendant 1 à 2 semaines. Ces épisodes cliniques respiratoires sont plus fréquents en automne et en hiver, mais peuvent avoir lieu toute l’année. La concentration d’équidés de différentes provenances, lors de manifestations équestres par exemple, représente également un facteur de risque. Les signes cliniques peuvent être plus sévères ou se compliquer de surinfections bactériennes, surtout chez les jeunes chevaux au travail.

L’infection peut également passer inaperçue, notamment chez les équidés vaccinés.

Cette forme clinique est très fréquente en France : plus de 100 foyers dus à HVE-4 ont été déclarés au RESPE en 2019 (12 foyers dus à HVE-1) et plus de 120 en 2018 (plus de 30 foyers dus à HVE-1).

La forme nerveuse

Les symptômes diffèrent beaucoup d’un cheval à l’autre : ataxie, trouble de la locomotion qui peuvent aller jusqu’à la paralysie, fièvre, incontinence urinaire …
Certains chevaux s’en sortent parfaitement, avec une récupération complète. D’autres en meurent, par euthanasie ou pas.
C’est une forme qui reste malgré tout assez rare.

La forme abortive

Cette forme touche les juments entrainant souvent un avortement pour la jument c’est l’équivalent d’une “fausse-couche” chez la femme et survient tardivement  (entre le 9ème et 11ème mois de gestation). La jument ne présentant aucun signe avant-coureur, et aucune complication après l’avortement.

Les juments sont souvent contaminées par une forme respiratoire en premier lieu. Et comme le virus peut rester en sommeil longtemps, ça peut finir par un avortement. Une prédisposition futur de la jument  à l'avortement est à prendre en considération

  • Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Ajouter un commentaire